Zone environnementale bleue à Munich – Planification

Dieter Reiter, le maire de Munich, estime qu’il est grand temps d’agir contre la pollution atmosphérique. Il a prévu une phase de planification sur le long terme. Le sujet est d’autant plus présent, que la plainte déposée par l’association allemande de protection de l’environnement (Deutsche Umwelthilfe – DUH) relative au respect des taux d’émissions maximum autorisés est toujours d’actualité. Au début de l'année 2018, l’association de protection de l’environnement DUH a à nouveau obtenu le paiement d’une amande, car le plan sur la qualité de l'air n'inclut toujours pas de mesures efficaces pour améliorer la qualité de l'air. De ce fait, un débat sur les mesures envisageables ainsi que leurs conséquences positives sur la qualité de l’air de la ville doit être mené dans l’année à venir.

Une éventuelle mise en place d’une zone environnementale bleue n’est pas exclue. Quoi qu’il en soit, il faudra attendre le mois d’octobre pour savoir quelles organisations seront compétentes en matière d’introduction de telles zones de restriction de circulation. À Munich, beaucoup de choses dépendent de cette décision. Suite à la décision du Tribunal administratif fédéral du 28.02.2018, la situation s'est accélérée à Munich. Le maire Dieter Reiter veut désormais coopérer dès que possible avec le gouvernement du Land de Bavière et trouver une solution. Mais certains politiques ainsi que BMW, principal constructeur automobile basé à Munich, s’opposent à de tels projets. En effet, l’industriel prône la mise en place de méthodes alternatives de façon à pouvoir poursuivre ses ventes. À contrario, le parti des verts (Die Grünen) va plus loin encore. Outre l’introduction d’une zone environnementale bleue, il souhaite exclure du centre-ville les véhicules 4x4 les plus polluants. À Munich, le débat sera donc mené sur plusieurs points par des acteurs très variés.

Oxydes d’azote à Munich – Informations jusqu’en février 2018

En 2017, Munich est devenue la ville la plus polluée au dioxyde d'azote en Allemagne. Dans la capitale de l'État bavarois, la moyenne annuelle s’élève à de 78 µg/m3.
À Munich, il existe actuellement 5 sites de mesures. Ils sont exploités par l’administration bavaroise en charge de l’environnement. Les valeurs moyennes mesurées quotidiennement atteignent parfois jusqu`à 150% la limite de 40 μg/m³ fixée par l’Union Européenne. Ces dépassements sont en grande partie causés par les véhicules Diesel ne respectant pas les normes d’émissions d’oxydes d’azote. De ce fait, Munich a déjà pris quelques initiatives. La ville a par exemple implanté des dépôts relais DHL dans le centre-ville, de sorte que les livraisons puissent être réalisées exclusivement avec des voitures et scooters électriques. En revanche, le manque de renouvellement de la flotte de transports publiques de proximité de Munich, ainsi que les trop faibles innovations dans le secteur, sont largement critiqués. En raison d’une pollution atmosphérique élevée, Dieter Reiter, le maire de Munich, envisage de déployer de grandes mesures si nécessaires. Mais il a d’ores-et-déjà annoncé que la mise en place de zones de restriction de circulation ne sera pas privilégiée.