Zone environnementale bleue à Cologne – Planification

La maire de Cologne, Henriette Reker (sans étiquette) a déclaré à plusieurs reprises que selon elle, on ne peut pas échapper à des restrictions de circulation. Idéalement, ces mesures devraient s’accompagner d'une éco-pastille bleue, introduite par une règlementation uniforme au niveau national. Lors du congrès de la CDU en mars 2018, elle a cependant déclaré que l'on ne pouvait pas « attendre l’éco-pastille bleue », car la pollution atmosphérique est également très élevée par rapport à d'autres grandes villes allemandes.
Si des restrictions de circulation étaient introduites, la ville de Cologne s'inspirerait d'autres exemples. D’après Cologne, le modèle d’Hambourg montre l’exemple à ne pas suivre. Restreindre la circulation dans certaines rues seulement est inefficace parce que le problème est ainsi trop facilement reporté sur les zones adjacentes. À cela s’ajoute la question de savoir comment une interdiction pourrait être contrôlée sans éco-pastille bleue. Ici, on regarde vers la Belgique, où les restrictions de circulation dans les zones environnementales sont contrôlées à l’aide de caméras intelligentes. Toutefois, il s'agirait là d'une variante coûteuse et demandant beaucoup de temps, avec une phase de planification plus longue.

Oxydes d'azote à Cologne – information jusqu’en juin 2018

Cologne dispose actuellement de 16 stations de mesure de la qualité de l'air dont l’Agence pour la nature, l'environnement et la protection des consommateurs du Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie se sert pour mesurer la proportion de polluants dans l'air. Dans 14 de ces stations, les oxydes d'azote sont également étudiés. Il convient de noter que les concentrations de dioxyde d'azote à Cologne n'ont guère évolué depuis 2000. Les valeurs limites autorisées par l'UE pour les polluants de l'air sont pourtant continuellement dépassées à toutes les stations de mesure. Il faut noter en particulier que le « Clevische Ring », où la proportion d'oxyde d'azote dans l'air atteint régulièrement le double des valeurs limites autorisées avec environ 80 µg/m³.
Par ailleurs, le Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie s'est vu accorder par l'UE un délai supplémentaire pour respecter les objectifs de qualité de l'air. Ce délai supplémentaire est accordé lorsqu'il est prouvé que la région concernée ne peut améliorer l'air dans un court laps de temps en raison d’une mauvaise circulation de l’air, des conditions climatiques ou de la prégnance du transport. Le délai supplémentaire a été accordé à la ville de Cologne en 2010 et est arrivée à échéance en 2015. Et malgré cela, depuis toutes ces années, la qualité de l’air ne s’est toujours pas améliorée.