L’effet nocif de l’oxyde d’azote

L’oxyde d’azote (NO2) est un gaz nocif, brun-rouge et d’une odeur âcre, comme le chlore, pouvant facilement se liquéfier sous dimérisation (polymérisation) en N2O4 (tétraoxyde de diazote) et présent à l’état de traces dans l’atmosphère, le plus souvent avec des valeurs plus élevées près du sol. Le dioxyde d’azote appartient au groupe des oxydes d’azote, aussi appelés NOx.

D’après une étude du Bundesumweltamt UBA de l’année 2013, une concentration élevée de dioxyde d’azote (NO2) dans l’air respiré peut occasionner des irritations aux yeux, aux poumons et des problèmes des voies respiratoires chez les humains. À long terme, une dégradation des organes respiratoires et une hausse des maladies cardio-vasculaires peut s’en suivre.
Le dioxyde d’azote, d’un point de vue chimique, a un effet très oxydant et contribue à la création d’ozone près du sol. En même temps, le dioxyde d’azote conduit à une superfertilisation des sols et nuit à la végétation. L’organisation mondiale de la santé (WHO) l’a classé  comme cancérigène, ce qui est toujours souligné par la Deutsche Umwelthilfe.